L’exemple kosovar ou le déni canadien

Non mais je rêve ou quoi??? Et le TPIY (La Haye) et la longue marche vers la reconnaissance de ce qui fut une épuration ethnique reconnue par la communauté internationale en général et par la communauté européenne en particulier, alors que la force d’interposition a réussi a assainir le climat tendu dans les Balkans à un point tel que l’indépendance du Kosovo se fera avec comme seules fausses notes que les réticenses des pays qui tentent de réprimer les vélléités d’indépendance de minorités sur leur territoire (honte aux fédéralistes-assimilationistes qui supportent tacitement la position russe dans ce cas par leur aveuglerie de négation du droit au peuple québécois à l,autodétermination au même titre que les Kosovars d’ailleurs).

À l’heure d’une mondialisation économique, culturelle, où l’on tente d’inféoder les différents peuples aux impératifs d’une économie mondiale érigée en dictature, il est du devoir de ces mêmes peuples d’affirmer leur autonomie. Ne serait-ce que pour faire un pied de nez à la tendance de ceux qui affirment que l’autodétermination des peuples est dépassée. En ce sens, espérons que les québécois sortiront de leur peur congénitale et arrêterons de prêter oreilles aux colonisés assimilationistes qui portent ombrage à l’inéluctable…  

Il faudrait être aveugle pour ne pas faire le parrallèle avec le Québec; ce qui explique que dans ce dossier, le gouvernement canadien, par l’entremise du MAECI, édictait un appui tacite à la Serbie et à la Russie. En cela bien entendu pas selon les considérations de la situation dans les Balkans, mais bien pour empêcher tout appui des vélléités souverainistes du peuple québécois.

« L’indépendance aurait dû être faite il y a dix ans » lit-on dans le texte de Christian Rioux. Et que dire des commentaires de Pierre Dufour dans Le Devoir (16 février) « La Serbie va devoir choisir entre ses vieilles obsessions et son avenir », doit-on ajouter quelque chose ??? Combien de temps encore perdrons-nous à tergiverser avant de déclarer l’indépendance du Québec ??? Nous sommes à la croisée des chemins. Devrait-on demander au PQ de se saborder et imposer le fédéralisme institutionnel (l’assimilation de droit)? Permettre l’enseignement de l’anglais partout, sans contraintes aucunes afin que le Québec devienne au plus vite une province canadienne comme les autres, avec une métropole à très forte majorité immigrante et surtout éliminer une fois pour toute ce bilinguisme aigre-doux qui n’est qu’une relique passéiste de l’ère Trudeau, ce cadeau empoisonné pour la dorer la pilule du fédéralisme (si ces derniers avec le Ti-Clin Chrétien ont imposé le terme « séparatisse » aux souverainistes, ces derniers sont en droit de baptiser les fédéralistes « assimilassionisse »)bilingual coast to coast!

On peut espérer que la situation au Kosovo et dans les Balkans en général montrera que l’indépendance d’un pays ne se fait pas au détriment ou contre un autre mais bien dans l’intérêt de la protection des valeurs, du patrimoine, de la culture disctinctes de la majorité de ceux qui aspirent, dans la non-violence de préférence, à entrer dans le concert des nations sans être obligés d’exister « à condition d’être uni à quelqu’un d’autre »…

~ par delorimier sur 16 février 2008.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :