Un hyatus de plus de 2 ans…

Comme un réflexe d’écriture, une longue tangente qui ne sait mourir. Quand on gagne sa vie au moyen de sa plume [dans mon cas je suis une pute, je l’admet d’emblée, je ne serai pas le premier nègre de la littérature quand même!!!], c’est bien malaisé de puiser ce qu’il faut pour faire honneur aux écarts qui méritent ces quelques mots.

Tout écart est subversif – tout écart est subversif

Tout écart est – écarté

******

Honte à ceux qui se censurent. Je l’ai fait moi-même trop longtemps. Le temps de la gêne est révolu. Ça va saigner. Les mots vont r’voler. Trop longtemps j’ai été un grand parleur – ti faiseur. Je me réapproprie cet espace, sans censure, sans trompette, car il faut que ça sorte.

Demain : le jour où, de mon perron, l’unifolié a scrapé le paysage… Câlisse que le monde qui encourage leur propre assimilation, leur propre ethnocide, me font chier.

À lire.

~ par delorimier sur 10 juillet 2010.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :