Le Souffre-douleur…

Des copains à moi se sont rendus dans les hauteurs du Centre Bell hier soir pour le premier match pré-saison de la Sainte-Flanelle. Bien juchés là où la bière n’arrive que trop épisodiquement –section 413, à deux rangées de la brique!- mes potes ont trouvé leur soirée bien étrange…

Comme c’est le cas pendant le camp d’entraînement, et c’est encore plus vrai en personne, le jeu était décousu, les compagnons de trio ne se connaissent pas toujours et chacun tente de retrouver son synchronisme. Ce fut particulièrement le cas de la défensive du CH, deux échappées, un surnombre, quatre buts en huit lancers et vogue la galère… dans les hautes sphères du Centre Bell (c’est l’oxygène qui y fait défaut???), déjà après le premier but, mais avec encore plus d’insistance à chacun des buts suivants, les huées, les sacres, les (fe)fans qui s’énervent, qui s’impatient… pardonnez-les! Ils ont attendu tout l’été pour s’impatienter!

Saviez-vous que Carey a donné son premier but à 19h46 hier??? Heure de Montréal! Et bien selon Environnement Canada, l’automne arrivait officiellement à 19h44. Ça ne s’invente pas ces choses là!

Mes potes donc me racontent que autour d’eux, les conversations des amateurs déçus de la tournure des événements traitent beaucoup plus de ce que chacun considère comme « les mauvaises décisions de l’état-major du Canadien »; l’échange de Halak au premier chef, mais on entendait également les doléances concernant l’embauche de Spacek, de Hamrlik, de Auld, le départ des Latendresse, Bergeron ou l’absence de joueurs Québécois disponibles, comme Bélanger, Biron, dont personne ne doute qu’ils auraient pu remplacer les Halpern et Auld…

La conclusion c’est que Carey paye en mille pour l’inertie galopante de l’équipe de la direction. Certains diront qu’ils ont bougé, il y a deux ans, en embauchant tout ce qu’il y avait de disponible et hors de prix. Lamoriello n’a-t-il pas dit à son bon ami Gionta « Si Montréal t’offre 5 millions pour 5 ans, rappelle-les tout de suite avant qu’ils ne changent d’idée! » En changeant radicalement tout le noyau de l’équipe en 36 heures, on donnait l’impression d’une gestion mauvaise équipe d’expansion. Quand il y a eu du changement, le tout s’est fait sans vision, sans stratégie à long terme, sans plan de cohésion clairement articulé. C’est ça que les fans reprochent au tandem Gainey-Gauthier. Et l’expression la plus probante de la faillite des plans quinquennaux successifs de ce tandem, c’est justement ce diamant mal poli, mal entretenu et surévalué qu’est « Jesus Price ». Le Kid s’est vu tout offrir, sans réserve, mais surtout sans avoir à se battre à Montréal, trouvant sur son chemin un jeune Slovaque dont l’acharnement et l’éthique de travail révélait au grand jour tout ce qui manque au Kid. Les amateurs ne sont pas dupes même si ce ne sont pas tous des « spécialistes ».

En plus, ils se sentent floués, le plus souvent en anglais…

~ par delorimier sur 23 septembre 2010.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :