Pourquoi je deviendrai membre du NPD au fédéral…

Plusieurs personnes m’ont demandé récemment si je m’intéresserais à la course à la chefferie du NPD. J’ai été très critique envers les Québécois, surtout ceux qui sont souverainistes, qui ont appuyé les troupes de Jack Layton. On se doit cependant de faire quelques constats inébranlables :

a) la déconfiture du Bloc Québécois a laissé bien des gens comme moi, sans voix, à Ottawa, lieu de fuite de plus de la moitié de mes impôts;

b) quand la lutte électorale se fait sur l’axe gauche vs droite, la question nationale perd de l’importance en dépit du fait qu’elle continue tout de même conditionner les rapports entre la province et le gouvernement Harper sur la scène fédérale;

c) il est impératif que les souverainistes et les nationalistes québécois n’abandonnent pas le terrain du fédéral complètement, cela conférerait tous les avantages à la droite radicale qui n’hésiterait pas (le révisionnisme historique des commémorations des Plaines d’Abraham et de la guerre de 1812 le prouvent hors de tout doute) délégitimiser l’existence même du mouvement souverainiste, voire jusqu’à le rendre illégal (comme ils le feront pour le droit à l’association et le droit de grève!?);

d) le plus manifeste cependant, et croyez-moi, j’en connais des centaines, on ne peut taire les centaines de milliers de souverainistes du Québec qui ont appuyé le NPD comme « moins pire option » de représentativité au fédéral, en espérant que certains candidats, que l’on savait souverainistes eux aussi, pourraient infléchir les politiques du parti afin de mieux prendre en compte les revendications particulières du Québec. Force est de constater que jusqu’à présent, les yeux de l’establishment du parti est beaucoup plus porté vers le ROC, lieu des gains à faire, et clé de la prise de pouvoir. Dans ce contexte, les Québécois se trouvent aussi mal servi que s’ils avaient appuyé le parti de la clarté de Stéphane Dion.

Comment alors s’assurer que la voix des nombreux souverainistes qui ont appuyé le NPD se trouve entendue? Il faut investir en grand nombre le parti! Il n’y a que quelques milliers de membres au Québec. Si les souverainistes investissent le parti (beaucoup, comme moi, sont à l’aise avec de nombreuses positions du NPD) de façon massive, imposante, et qu’ils se manifestent lors des différentes instances du NPD, le parti n’aura d’autres choix que de porter attention à la spécificité des revendications de nombreux membres du Québec. Dans le jeu du fédéralisme actuel, cela est tout à fait louable, tant qu’on enverra nos impôts à Ottawa, nous avons le droit de la représentativité que l’on choisit.

Notez que dans mon cas, je veux que ma participation à ce parti se fasse de façon constructive. Pas question de faire obstruction à la bonne conduite des dossiers que défend le NPD, mais il est impératif que des voix se lèvent au sein du parti quand les députés du Québec joueront le jeu du corporatisme électoral et se tairont sur des questions fondamentales pour le Québec (comme le litige avec Terre-Neuve dans le dossier Old Harry), une dissension forte doit être entendue à l’intérieur même du parti.

~ par delorimier sur 14 octobre 2011.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :