Pourquoi une campagne électorale en plein été… Le cynisme comme gage électoral!

On peut dégager deux raisons fondamentales pour lesquelles Jean Charest a décidé de lancer le Québec en élections en pleine semaine de la construction, mais aussi alors que se tiennent les Jeux Olympiques et le grand bal des vacances pour de nombreux Québécois…

Primo : FAIRE BAISSER LE TAUX DE PARTICIPATION LE PLUS POSSIBLE.

On remarquera en zyeutant le tableau suivant que dans l’histoire récente du Québec (entre 1976 et 2008), le PLQ a toujours été mieux servi quand le taux de participation aux élections générales au Québec était inférieur à 77%.

Date élection Taux participation % Gouvernement

1976 15 novembre 85.27 PQ majoritaire

1981 13 avril 82.49 PQ majoritaire

1985 2 décembre 75.64 Libéraux maj.

1989 25 septembre 74.95 Libéraux mal.

1994 12 septembre 81.58 PQ majoritaire

1998 30 novembre 78.32 PQ majoritaire

2003 14 avril 70.42 Libéraux maj.

2007 26 mars 71.23 Libéraux min.

2008 8 décembre 57.43 Libéraux maj.

Ce que l’on constate c’est que le PLQ fera tout en son possible pour décourager le plus possible la population de voter car son électorat est moins abstentionniste que tous les autres. Charest sait fort bien que sa base électorale se déplacera. Il y avait 5 738 811 personnes éligibles à voter en 2008 et le PLQ a pu compter sur 41.89 % des 3 246 333 personnes qui ont voté, soit 1 363 459 votes. Bref, moins de 20% de l’appui de la population apte à voter pour contrôler TOUS LES LEVIERS DE L’ÉTAT.

Il y a certes une tendance à la baisse des taux de participation aux élections des pays occidentaux en général, mais en jouant la carte du cynisme à l’extrême, en favorisant le vote des personnes âgées, un segment de l’électorat qui lui est favorable, en installant des bureaux de scrutin dans les foyers de personnes âgées; mais en compliquant le plus possible le vote des jeunes, Charest et les Libéraux bafouent un principe fondamental que tout gouvernement ou parti qui aspire à former un gouvernement devrait tenir comme sacré, voir à ce que le plus de personnes possibles se prévalent de leur droit de voter. Mais Charest se fiche bien de ce principe; sa gouvernance en est une minée par le copinage et la collusion, ne lui importe que les leviers de l’état pour en faire profiter les puissants intérêts qui le supporte. Voter à Noël ou pendant les vacances estivales… Tant mieux selon lui, il profite du droit indu qu’il a de déclencher les élections quand bon lui semble pour infléchir le calendrier électoral de son bord. Vivement des élections à date fixe! Vivement l’éjection du pouvoir de ces opportunistes cyniques que sont les Libéraux de Charest.

Secundo : ÉVITER DE DEVOIR RÉPONDRE D’UNE DÉCENNIE DE CORRUPTION/COLLUSION

En 2008, Charest avait déclenché une campagne électorale précipitée qui lui avait évité de devoir répondre de la désastreuse gestion de la Caisse de dépôt et placements (CDPQ) du Québec, et la perte de 40 milliards.

Après une décennie au pouvoir et une somme honteuse de reportages, allégations et accusations de députés, militants et même anciens ministres libéraux dans des dossiers de toutes sorte (Courchesne et Tomassi pour les garderies, Whissel pour favoritisme, le « Vol du siècle » dans le dossier d’Anticosti, etc… voir le http://www.liberaux.net/ pour l’ensemble de l’œuvre honteuse de la gouvernance libérale); Charest sait qu’il pourra mieux contrôler le spin électoral, le message et les thèmes qui prédominent l’actualité, alors que la campagne se tient l’été et surtout, avant que ne commence à siéger la Commission Charbonneau qui promet d’être désastreuse pour le parti Libéral.

En d’autres termes, Charest veut en passer une tite vite aux Québécois afin de se faufiler au pouvoir au terme d’une campagne estivale où, espère-t-il, beaucoup de Québécois se seront sentis écœurés et désabusés et auront tout simplement abdiqués à aller voter.

Pour le bien de l’ensemble de la population du Québec, il est impératif de dénoncer cette stratégie du cynisme qui est « abjecte » pour reprendre les termes de Charest. Souvenons-nous que cet homme jurait que JAMAIS il n’oserait prendre prétexte de la crise étudiante pour déclencher des élections. Au terme du premier jour de campagne, c’est précisément l’axe principal sur lequel il place ses attaques. Cet homme a fomenté une crise sociale et a accepté de profiter que la jeunesse du Québec qui se politisait prenne des coups de matraques et l’iniquité d’une Loi qu’il savait injuste (Loi 78) uniquement à des fins électoralement opportunistes.

Les termes « ignoble » et « abjecte » sont ceux qui décrivent le mieux la gouvernance de ce premier ministre, ainsi que sa gestion de la crise étudiante.

Incitez vos concitoyens à voter. Plus nous serons aux urnes, moins les chances seront grandes que les Libéraux de Charest continuent de nous rire en pleine face.

~ par delorimier sur 1 août 2012.

Une Réponse to “Pourquoi une campagne électorale en plein été… Le cynisme comme gage électoral!”

  1. […] Tous ceux qui avaient prédit qu’une campagne électorale estivale — […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :