#QC2012 : la chasse aux séparatisses est ouverte…

Pendant que le cadavre de Denis Blanchette contuinuait de giser sur l’asphalte derrière le Métropolis plus de douze heures après son héroïque intervention devant le « tireur fou »* Richard Henry Bain, une chasse toute autre aux séparatisses se tramait à moins d’une heure et demie de là. À Montebello pour être plus précis.

Une chasse aux multiples visages

Avons-nous vraiment besoin de revenir au tsunami de mépris et de propos haineux qu’a provoqué la victoire de Pauline Marois? Pourtant le PQ est dans le paysage politique depuis plus de quarante ans. Son principal visage fondateur, René Lévesque, abhorrait la violoence, l’a toujours dénoncé. Le PQ a toujours été un ardent défenseur du processus démocratique. En 1995, alors que la province était divisée en deux mais que les acteurs internes au PQ savaient que l’adversaire du NON, aidé par le fédéral, n’avait pas joué franc jeu, le Parti Québécois a tout fait pour éviter que la situation potentiellement explosive ne dégénère en violence. En d’autres pays démocratiques comparables au notre, un tel résultat aurait provoqué un bain de sang. ici, une grande déprime oui, et beaucoup plus tard, la perte de parti Libéral du Canada au Québec suite au Scandale des Commandites.

Devant la prolifération de propos haineux dans les médias sociaux**, certains qui appellent au sens propre à la chasse aux séparatisses, l’ensemble de la classe politique Québécoise et Canadienne devrait rappeler cette tradition de tolérance. Car c’est bien de ça qu’il s’agit, de la tolérance.

Au lieu de cela, comme si cette violence à l’endroit de Pauline Marois et du PQ n’était qu’anecdotique, le parti Libéral du Canada voit dans l’élection du PQ une « chance » de se repositionner au Québec comme seul parti champion de l’unité canadienne. Les balles siffleraient encore qu’ils n’auraient pas attendu ceux-là.

Car pour le PLC de Bob Rae, l’effervescence de la dernière campagne électorale au Québec et l’accession du PQ au pouvooir est une chance en or de lancer une chasse aux séparatisses nouveau-genre : ceux qui se cachent dans le caucus du NPD fédéral. Ces traîtres doivent être démasqués! Les nlibéraux comptent même sur une carte cachée, la patriote Lise St-Denis! On se souviendra que la député de la région de Shawinigan (son comté au fédéral, mais elle n’y habite pas!) avait fait partie de la vague orange sans vraiment faire campagne et sitôt élue, avait déménager ses pénates chez les libéraux. Et bien selon elle, il se cache de méchants péquisses chez le NPD.

D’ailleurs Hélène Buzetti rapporte dans Le Devoir aujourd’hui que les libéraux forceront les néodémocrates à se positionner : « Je peux très bien imaginer que le Parti libéral dépose à l’automne une motion à la Chambre des communes demandant que la Chambre réaffirme son appui au principe de la Loi sur la clarté, confie l’un d’eux. J’aimerais bien cela. Et laissons M. Mulcair s’avaler lui-même ou indisposer les députés péquistes de son caucus – car je n’ai aucun doute qu’un certain nombre de ses députés ont voté soit péquiste, soit Québec solidaire. Alors, laissons Mulcair expliquer à Paul Dewar, Nathan Cullen, Joe Comartin et Megan Leslie [députés de longue date] pourquoi ils doivent voter contre la Loi sur la clarté, ou alors comment il va voter contre les pseudopéquistes de son caucus. » Selon ce libéral, « ça enlèverait le masque du NPD. Ça va servir, oui » Source : http://www.ledevoir.com/politique/canada/358568/le-pq-pour-faire-tomber-les-masques-au-npd

Bref, la chasse aux séparatisses se fait à la fois dans les plus hautes sphères de la politique canadienne, dans le commentariat médiatique du ROC et se répercute par une banalisation des propos haineux de la population des angryphones en général. Refuser de voir derrière le geste de Bain cette violence dormante serait une très grande erreur. De la même façon, généraliser cette violence à l’ensemble de la population anglophone du Québec et du Canada le serait aussi.

En ce sens, la voix du Bloc Québécois à Ottawa, et celle de Gilles Duceppe en particulier aidait à expliquer, rappeler à nos voisins Canadiens que le projet politique des souverainistes Québécois est légitime, démocratique et non-violent. Le chef du Bloc Québécois a longuement sillonné le Canada pour expliquer, à des foules, parfois hostiles, les tenants et aboutissants du projet souverainiste.

Et ce dialogue manque en ce moment car les voix que l’on entend le plus, malheureusement, sont celles des pourfendeurs tout azimut de la souveraineté.

* »tireur fou » : un tweet de Dan Gardner du Ottawa Citizen là dessus résume bien l’erreur de la facilité d’occulter la violence politique au détriment d’une explication plus simpliste d’action isolée, souvent le fait de la maladie mentale.

« Dan Gardner ‏@dgardner
After Breivik’s rampage, many said he was insane, case closed. Yet he was declared sane, found guilty: It was politics, not mental illness. »

**Sur la haine propagée sur les médias sociaux, un exemple probant sur la page de François Morin ici : http://tweetedtimes.com/#!/fffmorin

~ par delorimier sur 6 septembre 2012.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :