Recensement canadien 2011 : indépendance ou assimilation?

Les données du recensement 2011 au Canada qui seront rendues publiques cette semaine ne surprendront personne, sinon que les quelques libéraux du PLQ qui continuent de nier l’évidence : le français recule partout au Canada, ce qui inclue le Québec et plus particulièrement Montréal.

Oui le français est plus que menacé au Canada, il est en voie de disparition. Lord Durham aura eu raison, cela aura pris un peu plus de temps que prévu, mais il aura eu raison.

Au Québec, la minorisation des francophones en Amérique du Nord force les habitants de la Belle Province à se poser quelques questions existencielles fondamentales :

A) Veut-on que la nation Québécoise à prédominance francophone survive au delà des horizons de quelques générations?

B) Si on souhaite la survivance d’une nation francophone en Amérique du Nord : Indépendance ou Assimilation?

Dans les journaux anglophones du pays, on fait grand cas des statistiques qui seront révélées cette semaine sur la place du français au pays. Le Globe and Mail, le National Post et The Gazette traitent de la chose en une et enflammemnt les sevtions « commentaires » de leurs sites internet. En général, ce que l’on constate par la lecture des articles et des commentaires c’est que le ROC a faim de la fin du bilinguisme institutionnel au pays. À ce propos, on peut consulter le blogue personnel de Pierre Allard, éditorialiste au journal Le Droit et grand défenseur de la francophonie canadienne, qui propose quelques captures d’écran de commentaires fort révélateurs : http://pierreyallard.blogspot.ca/2012/10/peut-on-dialoguer-avec-de-tels-individus.html

Déboulonner un mythe…

Les statistiques démographiques auront au moins l’avantage de dresser un portrait clair de la situalition linguistique au pays. Le Globe and Mail titre : « Les allophones en voie de dépasser les francophones au Canada » (http://www.theglobeandmail.com/news/politics/french-language-losing-more-ground/article4630383/). Le déclin inévitable des francophones au pays et leur marginalisation permettra aux défenseurs de la nation québécoise de déboulonner un mythe véhiculé par les fédéralistes au Québec : le statut quo n’existe pas et proposer de demeurer dans le Canada, c’est proposer l’assimilation de la nation. Point barre.

D’études en études, la tendance est inéluctable; les francophones sont minorisés au Canada, au Québec et surtout à Montréal, coeur économique et nid de la moitié de la population de la province. En Outaouais, le solde migratoire intra-provincial est déficitaire depuis des années. La région de Gatineau accueille plus de résidents d’autres provinces, surtout de l’Ontario limitrophe et certains secteurs, comme Aylmer, se « canadienisent », au point où le Ottawa Citizen, lors de la campagne électorale provinciale québécoise, a émis l’opinion que l’Outaouais étain indivisible du reste du Canada et qu’un Québec souverain devra se faire sans que la région de la capitane nationale canadienne en soit affectée!

Voilà qui étonne quand on considère que les résidents d’Ottawa sont bien peu à se dire fiers que la capitale nationale soit une ville bilingue. En fait, quiconque a oeuvré au sein de la fonction publique fédérale sait très bien que le bilinguisme institutionnel y est une des plus risibles mascarade qui soit. Les réunions sont à 99% en anglais, tout le temps, en toutes circonstances, la communication institutionnelle n’est francophone que par procuration, par les bons soins des bureaux de traduction mais surtout, ces politiques de bilinguisme sont honnies par tant de fonctionnaires à qui l’on impose une langue de travail inutile comme condition d’avancement professionnel. Dans ces circonstances, nombre de fonctionnaires fédéraux empêchés de progrès professionnel à cause de leur incapacité à atteindre les niveaux BBB ou CCC sont devenus des pourfendeurs du bilinguisme institutionnel dans la région…

Quand les fédéralistes du Québec tentent de vendre une image passéiste d’un Canada au deux peuples fondateurs où l’harmonie règne entre francophones et anglophones et où la dualité linguistique compte pour une richesse au pays, ils vendent du mensonge. Et ils le savent très bien. Quand la CAQ de Charles Sirois, de Del Torchio et autres transfuges libéraux font la promotion d’une « trêve » de dix ans par rapport à la question constitutionnelle, ils savent très bien que plus le temps avance, moins la composition démographique de la société québécoise permettra l’accession à l’indépendance. Le temps est leur meilleur allié compte tenu que la regénération de la société québécoise se fait en fonctions de préceptes d’immigration multiculturalistes canadiens. Les Québécois ne font pas assez d’enfants, on compense par une immigration qui répond aux besoins d’une autre nation, selon sa vision. Montréal en est la manifestation la plus probante.

Le Parti Libéral de Charest et sa ministre Christine St-Pierre ont toujours balayé du revers de la main les études en ce sens du démographe Marc Termote même si son étude intitulée « Nouvelles perspectives démolinguistiques du Québec et de la région de Montréal, 2001-2051 » était équivoque quant aux conséquences du vieillissement de la population du Québec et l’augmentation fulgurante de la population immigrante, plus jeune, qui se regénère plus par la voie des naissances :(http://www.oqlf.gouv.qc.ca/etudes/etude_08.pdf) Voir les conclusions à la page 116…

À mes amis fédéralistes de gauche, comme Normand, partisan de Québec Solidaire au provincial et qui fait maintenant partie de l’équipe de la député NPD de notre comté Mylène Freeman au fédéral, je pose la question suivante : qu’est-ce qui est le plus important? La pérennité de notre nation ou les politiques « progressistes » canadiennes? Car les deux sont incompatibles. La même question se pose ici : indépendance ou assimilation?

Il est tout à fait légitime d’accepter que le Québec s’assimile à la nation canadienne et il est permis de le défendre. Mais que tombent les masques et qu’on l’admette une fois pour toutes! car les études statistiques et démographiques sont claires et formelles. Le Québec dans le Canada, c’est l’assimilation à court ou moyen terme. À Montréal c’est déjà amorcé.

Que les fédéralistes au Québec s’assument et le disent franchement : nous sommes d’accord avec la canadianisation du Québec et le fait que dans cet ensemble, les Québécois deviendront une nation folklorique dont le langage sera, dans un horizon de quelques générations, un créole qui s’éloignera toujours du français standard international, tant par la maîtrise de sa population des fondements de sa syntaxe que par le nombre de personnes qui la pratique sur leur lieu de travail, à la maison.

~ par delorimier sur 23 octobre 2012.

2 Réponses to “Recensement canadien 2011 : indépendance ou assimilation?”

  1. Pour vous renseigner sur la disparition du français au Canada ainsi que toutes les lois qui ont été faites dans le ROC contre le français, par province, voir la référence ci-dessous:
    Le Génocide culturel des francophones au Canada
    Synthèse du déclin du français au Canada
    Par Pierre-Luc Bégin
    Résumé statistique : http://genocideculturel.lequebecois.info/apercu.html
    PDF : http://www.vigile.net/IMG/pdf/24-Genocide.pdf
    ISBN 978-2-923365-34-3

    Le système fédéral canadien est le tombeau du fait français au pays.

    Seule l’indépendance du Québec pourra assurer l’avenir du français en Amérique, et nous permettre de soutenir nos compatriotes du reste du Canada. L’ingérence continuelle du fédéral dans la politique linguistique québécoise, et son indifférence face à l’assimilation des francophones ailleurs le prouvent.

  2. […] la langue de travail quasi unanime est l’anglais depuis longtemps (j’en ai déjà traité ici : https://delorimier.wordpress.com/2012/10/23/recensement-canadien-2011-independance-ou-assimilation/). Mais les gouvernements précédents se sont faits un devoir de préserver le bilinguisme […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :