« Le sondage d’opinion est, dans l’état actuel, un instrument d’action politique »

J’ai failli m’étouffer ce matin en glanant la Grosse Presse de Desmarais. En grosses lettres, sondage à l’appui, « LA SOUVERAINETÉ EST DÉPASSÉE!!! » Et l’éditorial d’un des nègres-éditorialiste de Sagard qui titre « Le camp du refus » (Lysanne Gagnon, http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/lysiane-gagnon/201211/14/01-4593914-le-camp-du-refus.php). La GrossePresse de Desmarais est à conserver ce matin car c’est un manifeste peu commun de mauvaise foi. Indigne d’être considéré comme un journal d’information, ce torchon dépasse les bornes de la désinformation honteuse.

Penchons-nous un peu plus près sur ce sondage. Josée Legault dans un article sidérant de clarté, retrace la génèse de cette désinformation. Le sondage est commandé par un groupe de réflexion qui s’appelle « Idée Fédérale », dont le président n’est nul autre que André Pratte, nègre-éditorialiste-en-chef de LaGrossePresse à Desmarais et majordome sans conteste de Sagard. La firme de sondage choisie est CROP comme de raison, propriété de Gesca (qui publie LaPresse), Gesca propriété des Desmarais. Mais tout le monde sait cela, les Desmarais ne s’en cachent même plus, Pratte ne s’en cache plus non plus. L’acharnement (pour reprendre les mots de Josée Legault) de ces fédérastes à répéter comme un mantra « la souveraineté est dépassée » relève d’un principe bien connu que le sociologue français nommait « l’effet de politisation », dans son texte « l’opinion publique n’existe pas ».

À la base, le sociologue établit clairement que les enquêtes d’opinion ne sont jamais objectives, ce passage est éloquent :

« Les problématiques qui sont proposées par les sondages d’opinion sont subordonnées à des intérêts politiques, et cela commande très fortement à la fois la signification des réponses et la signification qui est donnée à la publication des résultats. Le sondage d’opinion est, dans l’état actuel, un instrument d’action politique ; sa fonction la plus importante consiste peut-être à imposer l’illusion qu’il existe une opinion publique comme sommation purement additive d’opinions individuelles ; à imposer l’idée qu’il existe quelque chose qui serait comme la moyenne des opinions ou l’opinion moyenne. »

Source : http://www.homme-moderne.org/societe/socio/bourdieu/questions/opinionpub.html

Voilà précisément à quoi s’affairent la caste médiatique d’obédience fédéraliste de Gesca-LaPresse en travestissant les pages de leurs publications supposément « objectives » d’informations fallacieuses, politiquement inclinées qui ne sont jamais appuyées par des principes journalistiques rigoureux. Au contraire, la nébuleuse médiatique Gesca est dorénavant, et plus que jamais, un instrument de désinformation politique subordonné à l’inclinaison politique des Desmarais et Power Corporation.

Cela ne surprendra personne, mais l’étendue de la mauvaise foi de ces imposteurs de l’information atteint, ce matin, des bas fonds qu’il faut dénoncer et faire connaître. Et à cette désinformation, la population du Québec doit se répéter, tel un mantra, que ce qui émane de CROP-LaGrossePresse à Desmarais ça ne vaut pas le papier sur lequel s’est imprimé.

~ par delorimier sur 15 novembre 2012.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :