#polqc Réflexions sur l’ #OQLF et des parallèles avec Droits et Démocratie…

Quelques réflexions concernant l’Office Québécois de la Langue française

L’OQLF se trouve récemment sous les feux de la rampe concernant des pratiques douteuses quant à ses inspections, notamment quelques cas très médiatisés chez des restaurateurs très en vue de la région montréalaise. Ces inspections ne sont pas récentes, et d’aucuns ne peuvent accuser le méchant Parti Québécois d’avoir poussé ces inspecteurs au zèle, mais il y a quelque chose de troublant à la fois dans le « timing » de l’affaire et dans la façon dont elle se déroule.

Les leçons de « Droits et Démocratie »

L’OQLF est un organisme public qui, par la nature même de son mandat, teste toujours les limites du politique. On le veut objectif mais quand le mandat implique la protection de la langue française et de veiller à l’application de lois linguistiques, il y a toujours quelque chose de politique dans ses actions.

Lors du règne Libéral de Jean Charest, les relations entre le gouvernement et l’organisme ont souvent été tumultueuses, à un tel point que lors des années 2008 et 2009, le Comité de suivi de l’OQLF a carrément rejeté le bilan sur la situation de la langue française préparé par l’organisme. (http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2008/03/04/004-Office-bilan-conteste.shtml)

La PdG de l’OQLF de l’époque, France Boucher, a toujours été contestée en ce sens où il est devenu clair dès la première année de sa nomination que son rôle consistait beaucoup plus en la défense des intérêts du PLQ, dont elle était très proche, que de la langue française. Entre la protection des intérêts de l’électorat libéral anglophone et allophone et l’intérêt de la langue française, le choix était évident et toute mesure visant à contraindre l’usage de l’anglais sur l’île de Montréal était systématiquement défait par la PdG Boucher et sa garde rapprochée.
(http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2008/01/24/010-francais-deux.shtml)

Pire encore, et en ça on peut penser à l’organisme paragouvernemental Droits et Démocratie au fédéral, on peut se questionner si le mandat latent de France Boucher et de tous ceux qui ont représenté le PLQ à l’OQLF n’était pas d’affaiblir l’organisme, voire en attaquer la crédibilité et le mandat.

Le cas de Droits et Démocratie fera école dans le domaine. L’organisme non partisan travaillait surtout à «encourager et appuyer les valeurs universelles des droits humains et à promouvoir les institutions et les pratiques démocratiques partout dans le monde». Son action se concentrait dans une quinzaine de pays. Créé par Brian Mulroney à la fin des années 80, l’organisme a irrité certains ténors de la droite radicale conservatrice qui gravite autour de Harper quand certaines de ses actions ont été jugées contraires aux intérêts d’Israël.

Quand le gouvernement Harper a décidé qu’il en avait assez de Droits et Démocratie, il s’est assuré de créer un climat de crise dans le CA de l’organisme en y nommant des gens qui contesteraient le président. Le tout a culminé par la mort tragique de Rémy Beauregard, le président de l’époque, suite à une réunion très tumultueuse, le pauvre succombant à une crise cardiaque, soumis à une quantité astronomique de stress par le gouvernement. Remplacé par Ariel Braun, proche du gouvernement et un inconditionnel de l’appui à Israël, ce dernier s’appliquera à changer le mandat de l’organisme. Comme le mandat de l’organisme était incompatible avec les politiques du gouvernement et du nouveau CA en matière d’affaires étrangères, Harper a définitivement fermé Droits et Démocratie en avril dernier. (http://www.ledevoir.com/politique/canada/346665/ottawa-saborde-droits-et-democratie)

Pire encore, on apprenait récemment que la même droite radicale avait réussi à convaincre le gouvernement de lui substituer en quelque sorte un « Bureau de la Liberté de religion » qui ne trompe personne…
(http://www.ledevoir.com/politique/canada/371572/retour-en-arriere)

Quel est le lien entre Droits et Démocratie et l’OQLF? À la lumière des événements récents (du moins leurs révélations au grand jour), on remarque une dichotomie évidente entre les positions avouées de l’ancienne garde de France Boucher à l’OQLF et le zèle de l’application de certaines règles alors qu’elle était encore en poste! Le problème c’est que ces « inspecteurs » semblaient viser certains types de commerce en particulier afin de provoquer leur ire.

Il y a plus de 1000 raisons sociales anglophones à Montréal, la quasi-totalité étant de petits commerces qui sont rarement inquiétés. La tâche est colossale et le nombre d’inspecteur est limité. Mais plutôt que de s’atteler à cette tâche, des « inspecteurs » auraient été mandatés de questionner les titres de menus italiens, une brasserie bien en vue du Vieux-Montréal et le très connu « Joe Beef »??? On aurait voulu attaquer la crédibilité de l’organisme de l’intérieur, par le truchement même de son mandat que l’on n’aurait pas procédé autrement.

Il y a aussi le « timing » de la publication de ces nouvelles dans l’infopub libérale La Presse. Nous savons maintenant que ces « inspections » étaient connues depuis longtemps par le staff de La Presse. Pourquoi ne pas les avoir publiés il y a 18 mois? On les publie plutôt alors que le PQ s’apprête à débattre du projet de loi 14, soit le renforcement de certaines dispositions de la Loi 101 qui sont depuis longtemps recommandées par le comité de suivi de l’OQLF mais que l’ancien gouvernement refusait d’entendre afin de protéger les intérêts de son électorat anglophone…

On sait depuis longtemps que LaGrossePresse à Desmarais fait dans le jaunisme journalistique, depuis le 4 septembre, le clan Desmarais a définitivement mis son vaisseau amiral au service de la cause fédéraste.

À lire aussi : http://www.assnat.qc.ca/Archives/fra/39Legislature1/DEBATS/journal/cc/090429.htm
Le mandat de l’OQLF : http://www.oqlf.gouv.qc.ca/office/organigramme.html

~ par delorimier sur 24 février 2013.

Une Réponse to “#polqc Réflexions sur l’ #OQLF et des parallèles avec Droits et Démocratie…”

  1. Pourquoi l’OQLF enquêtent sur des vétilles comme le mot pasta et non sur le cas des 1000 commerces avec sites Web unilingues anglais au centre-ville de Montréal ? http://montrealenfrancais.wordpress.com/2013/01/04/imperatif-francais-la-toile-et-la-langue-de-moliere-au-centre-ville-de-montreal/

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :