#CEIC Bien peu à lire ce matin concernant les liens troublants de Marcil et des ministres #PLQ! #polqc

Je dois lever mon chapeau à Paul Arcand ce matin (27 février) dans le dossier de la Commission Charbonneau. L’actualité foisonnante des dernières heures, le Sommet de l’éducation supérieure, un échange somme toute mineur chez le Canadien et la crise de l’assurance emploi au fédéral, toute cette actualité porte ombrage, et c’est bien normal, à ce qui se déroule devant les commissaires Lachance et Charbonneau.

Pourtant, le témoignage du #3 dans la hiérarchie décisionnel de l’ingénierie municipale, M. Robert Marcil, directeur des Travaux publics, pourrait bien être essentiel à la compréhension des mécanismes de collusion entre les fonctionnaires, les entrepreneurs et le politique. Et Paul Arcand a bien résumé la situation en insistant sur les contradictions du témoignage de Marcil. Oui le type a été coincé par la Commission et les contradictions de son témoignage sont très éclairantes. Ce que l’ancien directeur des Travaux ne pourra nier c’est l’intensité étonnante de ses rapports avec les entrepreneurs et les intervenants politique municipaux et provinciaux.

D’ailleurs, à cet effet, j’ai beau chercher dans chaque racoin du Cyberpresse, rien à lire là-dessus ce matin. Pourtant, les révélations induites par l’insistance des questions du procureur sont explosives et impliquent d’anciens ministres libéraux et d’autres contributeurs à la caisse électorale libérale provenant du monde municipal. Pourtant, on ne trouve pas grand-chose (un court texte de Bruno Bisson sur le voyage de Marcil en Italie) rien sur les liens entre Marcil et Normandeau, ou Lyne Beauchamp. On parle ici d’un haut fonctionnaire de la Ville de Montréal qui rencontre dans des clubs privés des ministres en fonction!!! Les mêmes révélations concernant un ministre péquiste et La Presse imprime un cahier spécial avec analyses acerbes des Pratte, Dubuc, Gagnon…

Quelques mots sur la couverture de la CEIC sur twitter. Une chance que @PANormandin assurait la couverture hier (et il le fait très bien) car le fil n’était alimenté que de façon éparse par les autres journalistes que nous sommes habitués d’y lire. Il y avait bien Kathleen Lévesque du Devoir, mais depuis son transfert à La Presse, elle y publie de façon moins assidue. Bien sûr, on peut très affecter une journaliste de son calibre à quelque chose d’autre!!!

~ par delorimier sur 27 février 2013.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :