#Boston, l’homme est un loup pour l’homme…

Boston ce soir en fin de soirée. Car de là-haut, la folie des hommes à moins d’emprise. Du haut de sa navette, le Cdr Chris Hatfield (qui publiait de merveilleuses images de cette ville hier soir suite à l’attentat) voit ce que l’homme a de plus ingénieux; il a bâti des villes, produit de l’électricité, fait luire dans l’espace sa sapiente lumière. L’homme a bâti des ponts, il a usé de son intelligence pour adapter son environnement, à la croissance de la population; irrigation, égout pluviaux, routes et tunnels; quand l’homme tend la main à ses semblables et use de sa sapience, il peut déplacer des montagnes.

Mais l’homme est un loup pour l’homme. Boston tu es belle vu du ciel. Mais les pieds bien ancrés dans le réel, si Cdr Hatfield avait d’assez puissantes jumelles, c’est un bitume maculé de sang qu’il aurait vu.

Car l’homme est un loup pour l’homme. Et dans sa folie d’intelligence, quand il perd de vue son humanité et se laisse à contempler son pouvoir de haine; l’homme est capable d’imaginer les pires carnages. Sans discernement, les femmes et les enfants; la place publique, un dessein maniaque. Un détonateur brillant de lâcheté. Peu de moyens, le maximum de douleur.

L’homme est un loup pour l’homme.

Et pourtant doté d’une si grande intelligence…

Ajout***

À ceux qui m’ont demandé ce que je pensais de l’attentat de Boston, voici une hypothèse. Les Américains usent d’une expression, le « domestic terrorism », pour parler d’attentats fomentés par des américains comme celui des suprémacistes blancs d’extrême-droite. Dans cette catégorie, celui de Timothy McVeigh à Oklahoma City en 1995. Boston, c’est l’icône du progressisme, son marathon, est dédié à la paix. Il y a eu une vague d’attentats, ou d’agressions perpétrés par des extrémistes de droite aux États-Unis et ce sera bientôt le triste anniversaire de l’attentat de McVeigh.

Par rapport à la bombe, il s’agit d’un engin simple à réaliser, une « bombe sale » qui n’est pas sans rappeler les attentats de Ravachol, comme quoi rien n’a changé. Une détonation au niveau du sol, des clous, des billes de fer, tout ce qui peut blesser, déchiqueter, arracher, tuer.

L’horreur.

~ par delorimier sur 15 avril 2013.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :