#Constitution L’extraordinaire résilience de nos ancêtres. Saurons-nous leur faire honneur? #polqc

Qu’est-ce que la constitution d’un pays? Quelle importance doit-on y accorder? À la lumière de ce qu’en disent certains fédéralistes issus du Québec, la constitution n’est, ni plus ni moins, qu’une vieille affaire qu’il ne vaut pas la peine de défendre, qu’il faut enterrer, que l’on doit ranger dans le placard des choses oubliées, taboues.

Le site Perspective Monde de l’Université de Sherbrooke définit la constitution de la manière suivante :

Constitution : (n.f.) un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l’État et qui organise leurs relations. La Constitution est aussi appelée «Loi fondamentale». Ensemble des règles écrites et coutumières qui déterminent la structure d’un État politique. Habituellement, une constitution présente successivement les pouvoirs de la branche exécutive, législative et judiciaire. Elle définit aussi les rapports entre ces branches. Elle comprend également une formule d’amendement et des précisions sur les règles entre le gouvernement central et les entités locales ou régionales, en particulier dans le cas d’une fédération. On peut y trouver un préambule déclaratoire sur les objectifs de l’État de même que les droits de base des citoyens.

Presque tous les États ont une constitution écrite. Une constitution est la «loi des lois» dans la mesure où toutes les autres lois, de même que tous les règlements, doivent se conformer à elle.

Quand des désaccords surviennent entre les acteurs politiques sur le sens à donner à la constitution, une Cour constitutionnelle ou une Cour Suprême fournit l’interprétation finale.

Par extension, on utilise aussi le terme constitution pour définir le texte de base d’une organisation ou d’une association.

********

Quand le ministre conservateur Christian Paradis clamait hier que son parti « n’entendait pas se mêler des vieilles chicanes », il déshonorait la constitution qu’il est supposé défendre. Ce qui surprend, c’est que ce ton désinvolte, insultant même, est le même qui a été choisi par Justin Trudeau, par François Legault, et nombre d’autres fédéralistes québécois.

Le rapatriement de la constitution de 1982 a laissé des stigmates chez les fédéralistes au Québec et de Bourassa jusqu’à aujourd’hui, jamais un premier ministre n’a accepté de signer cette mouture de ce texte fondamental. Philippe Couillard a brisé cette unanimité non-partisane en laissant entendre qu’il pourrait considérer signer la constitution de 1982 sans conditions. À l’intérieur des rangs libéraux, il y a bien eu quelques inconforts silencieux –le règne de Charest y a castré toute velléités de désaccords- mais c’est là le signe le plus probant de la radicalisation fédéraliste du parti libéral. Dans le dossier constitutionnel comme dans celui de l’étude de la Loi 14, ce parti a pris le parti de l’assimilation rapide à la collectivité canadienne.

Pourtant, la réaction du gouvernement canadien aux révélations troublantes de l’historien Frédéric Bastien quant aux transgressions judiciaires du juge en chef de la Supreme Court of Canada au moment des tractations entourant le rapatriement de la constitution est pour le moins surprenante. On se serait attendu que le gouvernement canadien défende bec et ongle sa constitution. Bien au contraire, pour simple réponse, le gouvernement Harper a demandé à la Supreme Court of Canada de fouiller dans ses « papiers », des fois qu’il traînerait quelque chose! Exercice futile qui n’avait pour but que de ranger la question dans la filière des choses déplaisantes, des mauvais souvenirs.

On inviterait les Paradis, Legault et autres fédéralistes à lire ce texte de « The Heritage Foundation- Leadership for America », intitulé The meaning of the Constitution.

http://www.heritage.org/research/reports/2009/09/the-meaning-of-the-constitution

S’il avait fallu qu’un groupe questionne la légitimité de la Constitution américaine, Démocrates et Républicains auraient fait front commun afin de la défendre (d’où la majuscule…).

Alors, qu’est-ce qui explique que la constitution canadienne soit traitée comme un vieux chiffon dégarni? La réponse est fort simple, depuis la Conquête de 1760, en passant par l’Acte d’Union de 1840 et les « Pères de la Constitution » de 1867, l’entente fondamentale supposée déterminer la structure d’un État politique rassemblant les deux « peuples fondateurs » a été régit par la perfidie et le mensonge. Et ça, les fédéralistes le savent très bien. En ce sens, l’épisode de 1982 s’inscrit dans un schéma politique historiquement connu, comme en 1867.

À ce sujet, deux lectures intéressantes : la première, « Les intentions des Pères de la Confédération » de Gil Rémillard (http://www.erudit.org/revue/cd/1979/v20/n4/042348ar.pdf) et la seconde, « M. Jean-Charles Bonenfant excuse les Pères de la CONFÉDÉRATION » (http://www.vigile.net/M-Jean-Charles-Bonenfant-excuse).

Si ce débat doit nous apprendre quelque chose, c’est qu’un pays qui est bâti sur le mensonge est voué à l’éclatement, à l’échec. La radicalisation du fédéralisme du parti Libéral du Québec participe justement à ce besoin fondamental d’éliminer le plus rapidement possible cet irritant qu’est la survivance d’une nation aux aspirations historiquement différentes de l’ensemble canadien, et ce encore plus aujourd’hui. C’est pourquoi Couillard défend si ardemment la bilinguisation du Québec, sachant très bien que cela conduira à l’assimilation linguistique du Québec, donc à son extinction culturelle.

Nous en sommes donc aujourd’hui au carrefour historique d’une trame qui a débuté il y a plus de 250 ans. Dans le meilleur des mondes, selon Wolfe du moins, le temps aurait eu raison de la nation francophone en Amérique. Mais l’extraordinaire résilience de nos ancêtres nous a conduit jusqu’ici. Saurons-nous leur faire honneur? Car la question fondamentale demeure : « l’indépendance ou l’assimilation? »

~ par delorimier sur 30 avril 2013.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :