Radio-Canada défend le multiculturalisme au détriment de la rigueur journalistique #Charte

SRC

Le 18 septembre dernier, le journaliste de Radio-Canada en Colombie-Britannique Frédérick Arnould y allait de son reportage anti-charte des valeurs en misant sur la merveilleuse diversité canadienne induite par le multiculturalisme, cui-cui-cui… Sur un terrain de soccer, des jeunes, de 11-12 ans de toutes origines tapaient sur un ballon de foot, la joie, l’allégresse. (http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6830386)

Jusqu’à ce que le journaliste ait la brillante idée de demander à quelques uns d’entre eux ce qu’ils pensaient de la Charte des valeurs (c’est un projet, en cours de discussion, mais bon…) au Québec. Sans filtre, ces jeunes y vont des accusations stériles mais bien en vogue dans le Rest of Canada : « Raciste, etc… »

Comme bien d’autres je me suis demandé « mais veux-tu bien me dire ce que l’avis d’un enfant de 11-12 ans en Colombie-Britannique qui nous traite de racistes vient apporter au débat! ». Enrageant. Surtout de la part de la société d’État de qui on s’attend à un peu plus de rigueur éthique journalistique. Sauf quand il s’agit de défendre le multiculturalisme. Car il y a péril en la demeure fédéraliste au Québec. Exit la rigueur journalistique.

J’ai reçu beaucoup de commentaires sur mon fil twitter et aussi sur mon Facebook perso. On m’a même avisé que des plaintes à l’ombudsman de Radio-Canada et au CRTC avaient été faites. Réalisant l’impair, on a vite réagi chez la SRC à certaines de ces plaintes. Mais pas de façon officielle par des excuses publiques, plutôt un message personnel, par retour de courriel, à ceux qui s’étaient offusqués du reportage en question.

Je reproduis donc ici un de ces messages de retour, une réponse préliminaire de l’ombudsman de la SRC, avec la permission d’un de mes contacts sur twitter, que je remercie d’avoir porté le tout à mon attention.

« Nous avons pris connaissance de la plainte que vous avez adressée à l’ombudsman de Radio-Canada. Comme le veut l’usage, celui-ci nous offre un premier droit de réponse.
Permettez-nous d’abord de vous expliquer pourquoi nous avons cru bon de demander ce reportage à notre correspondant de Vancouver.
Nous croyons que c’était une idée justifiée d’aller voir dans cette province comment se vit la cohabitation entre les différentes cultures et religions, notamment dans la fonction publique. Rappelons-nous qu’une des premières polémiques sur les accommodements religieux au Canada a eu son origine en Colombie britannique en 1990 avec l’autorisation du turban sikh dans la GRC.
L’entrevue d’un responsable syndical nous a d’ailleurs appris que des droits relatifs à la religion étaient précisément inscrits dans les conventions collectives du secteur public, ce qui, en soi, constitue une information intéressante.
Le journaliste a aussi interviewé une femme d’origine pakistanaise qui portait le voile et qui, visiblement, avait déjà vécu à Montréal. Elle exprimait que le regard des autres sur son voile lui semblait différent entre Montréal et Vancouver. Évidemment, il ne s’agissait que d’un seul témoignage, mais il avait quand même son intérêt.
Une représentante de la Commission des droits de la personne nous a expliqué que les questions d’accommodements religieux ne faisaient pratiquement jamais l’objet de plaintes. C’était là aussi un élément intéressant du reportage.
Vous avez été particulièrement choqué par les entrevues d’enfants et par les témoignages de deux autres personnes qui étaient visiblement peu informées sur le projet de charte, comme sur la cohabitation entre les cultures au Québec. À ce propos, nous reconnaissons que nous aurions dû apporter plus d’attention au choix de ces extraits d’entrevues.
Le but du reportage n’était certainement pas de dénigrer le Québec. Nous voulions simplement comparer des façons un peu différentes d’envisager la cohabitation. La réalisation du projet a peut-être été un peu maladroite. »

MALADROITE???!!!

Qu’on cesse de traiter de façon directe ou indirecte les Québécois de racistes dans le seul but de défendre bec et ongle le multiculturalisme « canadian » et après on verra…

****************** AJOUT****************

L’ombudsman de Radio-Canada a répondu à la plainte de M. Réjean Beaulieu. Dans un avis qu’on peut lire ici : http://www.ombudsman.cbc.radio-canada.ca/fr/revision-des-plaintes/2013/charte-des-valeurs-peut-on-faire-porter-par-des-enfants-peu-informes-des-accusations-de-racisme-tj/ l’ombudsman Pierre Tourangeau admet du bout des lèvres que:

« Le reportage du journaliste Frédéric Arnould, sur la perception en Colombie-Britannique du projet de Charte des valeurs québécoises, diffusé le 17 septembre 2013 dans le cadre du Téléjournal, a enfreint les Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada. »

La question qu’on se pose maintenant c’est qu’adviendra-t-il de ce reportage? Émet-on un rectificatif public? Radio-Canada fera-t-elle amende honorable pour ce journalisme de bas étage?

~ par delorimier sur 21 septembre 2013.

2 Réponses to “Radio-Canada défend le multiculturalisme au détriment de la rigueur journalistique #Charte”

  1. Les Canadiens sont des Mal-à-droits (es) et comment peut-il en être autrement ?
    Léger,J

  2. Les Canadiens sont des Mal-à-droits (es) et comment peut-il en être autrement ?

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :