C’est pas la Charte qui a enflammé nos discussions cette année! Le Pont-Dubuc par contre…

Pont Dubuc
Le Pont Dubuc, en feu. Image, SRC.

La période du temps des Fêtes a ceci d’intéressant qu’elle permet de rassembler les familles, de revoir amis et connaissances. On échange sur les derniers venus, ces nouveaux enfants qui s’ajoutent, les autres qui grandissent. La météo, surtout quand l’air devient polaire!, le travail, la motoneige, les voyages ou les péripéties des uns, des autres. Mais chez nous, indéniablement, on jase aussi de politique. Je suis assez vieux pour avoir connu les soirées enflammées de confrontations Canadiens-Nordiques qui divisaient les familles entre « Bleus » et « Rouges », entre buveurs de Molson et de Laurentides…

À la base de la rivalité Canadiens-Nordiques, il y avait aussi, souvent mais pas toujours, un fondement éminemment politique. Les Nordiques étaient souvent vus comme le club des « nationalistes », la fleur de Lys bien en évidence, un nombre impressionnant de Québécois dans l’alignement, et le bleu proéminent. D’ailleurs, pour ne pas perdre l’importance que le club de hockey Canadiens avait dans la province, les dirigeants ont dû aligner eux aussi beaucoup plus de Québécois dans leur rang pendant l’existence des Nordiques. (On lira à cet effet le livre fort intéressant de Steve LASORSA, La rivalité Canadiens Nordiques, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2011, 140 p. )

La démarcation entre « nationalistes / souverainistes » et « fédéralistes » n’a pas disparu suite au déménagement des Nordiques et le temps des fêtes est aussi l’occasion de parler de politique bien entendu. L’an dernier, on jasait de l’élection du PQ sur fond de la fin de la crise étudiante. Il y avait l’attentat contre Marois et son début de gouvernance chancelant.

Cette année, on a jasé de Lac-Mégantic, du Pont Dubuc (et oui, on passe une semaine par année au Lac St-Jean pendant cette période) et bien entendu de la Charte. Comme mon cercle familial et amical est assez large et varié, on trouve autant de « Bleus » que de « Rouges », des gens de religions diverses (et oui, ma tante a épousé civilement, à Victoriaville en 1971, un musulman! Ça avait fait jaser dans le village…), des anglophones, des francophones. Il y a aussi beaucoup de gens impliqués en politique, du municipal jusqu’au fédéral, des anciens élus, des militants dévoués, tous partis confondus.

Quand on a jasé de la catastrophe du Lac-Mégantic (j’en ai déjà traité ici, nous étions dans ce coin-là la fin de semaine du drame), pour les uns, la grande majorité en fait, la réponse du fédéral était inadmissible. Mais il y en a eu pour défendre le fait que les « séparatisses » ont récupéré cette catastrophe pour attaquer le fédéral.

De la même façon, quand on parlé du Pont-Dubuc au Lac St-Jean, certains trouvaient que le PQ s’était traîné les pieds, qu’il refusait de collaborer avec le maire LàLà Tremblay. Les autres répondaient que c’est le maire qui avait fait un fou de lui en s’excluant de toute apparition publique avec un « pékisse ». D’aucuns n’ont manqué d’être très fiers de Proco parmi nos nombreux amis et parents provenant de St-Nazaire! Sur ce sujet, les voix sont montées. Quelques matantes ont jeté des regards désapprobateurs vers nous, le message étant très clair « vos yeules avec la politique! ». On baissait le ton en appuyant de crisse et de tabarnac nos chuchottements bien sentis!

Vous me voyez venir long comme le bras… Quand on a parlé de la charte…

Car oui, nous avons souvent parlé de laïcité, parfois même avec des gens bien au fait des enjeux précis concernant ce dossier. Médecins, gestionnaire de commission scolaire, plusieurs enseignantes de divers niveaux, des infirmières, j’ai pu entendre de vive voix les préoccupations de gens qui ont à « dealer » avec l’accommodement non plus comme une chose théorique ou abstraite mais bien dans le réel, quand la marde est déjà pognée… Des exemples tout plein qui ne font pas la manchette mais qui compliquent la vie de gens qui en ont déjà bien assez sur les bras. Et pas qu’à Montréal!

Quand on a jasé de la charte, que ce soit avec des gens de la Gaspésie, du Lac-St-Jean, des Bois-Francs, de Lanaudière, de l’Outaouais (un peu plus partagé ici en fait), de Québec, des Cantons de l’Est et la grande région de Montréal (étonnement, assez unanime ici), nous avons trouvé bien peu de gens pour s’opposer à la mise en place de la pleine laïcité. Même ceux qui sont tatoués libéral dans nos cercles familiaux se rangeaient (à contrecœur car c’est proposé par les péquistes) à la nécessité d’agir dans ce dossier. Rien de scientifique bien sûr, mais ce n’est certes pas la charte qui a divisé et enflammé nos discussions cette année!

Le Pont Dubuc par contre…

~ par delorimier sur 11 janvier 2014.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :