Cachez ces noms francophones à Sotchi! L’exemple vient de haut…

keep-calm-and-speak-english-744

Il ne faut pas se surprendre d’entendre quelques voix exaspérées de tant de noms francophones prononcés à Sotchi. Le succès fulgurant des athlètes du Québec, pour certains, fait ombrage aux athlètes canadiens. Qu’on l’admette ou pas, l’éléphant dans la pièce, quand le Canada se représente sur la scène internationale, c’est la place du français, de cette « nation » francophone dirigée par un gouvernement souverainiste et dont on associe souvent les aspirations nationales à celles des Écossais ou des Catalans.

Mais là! Ça devient gênant quand dans les premières journées, 90% des médailles sont remportées par des « Pure-laines »! Cachez ces noms, ou du moins, comme le plaidait un animateur de Sun News Network, prononcez ces noms à l’anglaise!

Des voix se sont élevées dans le ROC pour dénoncer cette tirade méprisante, mais la lecture de commentaires sur les médias sociaux concernant cette sortie ferait passer les « xénophobes » dans l’affaire de la mention du tchador au Métro Fabre pour des amateurs dans le domaine du mépris imbécile. Car l’animateur de Sun News dit tout haut ce que trop de Canadiens semblent penser tout bas.

Les Canadiens qui deviennent de plus en plus exaspérés de la place du français dans la fédération n’ont pourtant qu’à regarder leur gouvernement fédéral pour trouver un appui tacite. Depuis sa première élection majoritaire, le gouvernement Conservateur s’est attelé à la tâche de réduire les services institutionnels en français, manifestation équivoque qu’il ne croie tout simplement pas en cette vision d’un bilinguisme coast-to-coast, héritage imposée par PÉ Trudeau.

Dès 2011, les Conservateurs, dont on connaît l’inimitié qu’il entretient envers les fonctionnaires, se sont attaqués au Bureau de la Traduction du gouvernement fédéral. Cette institution est absolument essentielle à la mise en œuvre de documents de qualité, dans les deux langues officielles canadiennes. On y trouve des traducteurs, des réviseurs, et nombre de professionnels du langage qui sont garants de connaissances terminologiques capitales.

Peu importe. Les Conservateurs ont envoyé un signal clair que dorénavant, les choses se passeraient avant tout en anglais dans la fonction publique fédérale et que les services en français seraient rendus dans les seuls cas où cela n’étaient qu’absolument nécessaires. Soyons francs, dans les faits, la langue de travail quasi unanime est l’anglais depuis longtemps (j’en ai déjà traité ici : https://delorimier.wordpress.com/2012/10/23/recensement-canadien-2011-independance-ou-assimilation/). Mais les gouvernements précédents se sont faits un devoir de préserver le bilinguisme institutionnel au prix de ressources comme le Bureau de la traduction justement. Mais la logique comptable des Conservateurs et le fait qu’ils ont cru que « Google translate » ferait bien l’affaire, à moindre coûts (et au diable la qualité de la langue française), voilà qui a rendu quelques traducteurs bien alléchants quand est venu le temps des coupes sauvages dans la fonction publique fédérale.

De budget en budget depuis 2011, le ministre des Finances Flaherty a regardé du côté des fonctionnaires (et au détriment des services qu’ils offrent à la population canadienne) afin de trouver un bon angle pour sa hache budgétaire. Ce faisant, c’est aussi la capacité de livrer des services de qualité en français qui a été amputée. La journaliste Hélène Buzetti trouvera peut-être du matériel pertinent aujourd’hui, en ce jour de budget, dans l’article qu’elle écrivait à pareille date l’an dernier :

« Les compressions budgétaires assenées par le gouvernement conservateur à la fonction publique fédérale se font au détriment du bilinguisme et du droit des francophones de travailler dans leur langue. Placés devant l’obligation de geler ou de réduire leurs dépenses, les ministères réduisent en effet le nombre de documents internes à faire traduire et demandent aux francophones de rédiger leurs rapports… directement en anglais. »

L’exemple vient de haut…

~ par delorimier sur 11 février 2014.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :