« Lutte contre la terreur » – manichéisme électoral payant pour les Conservateurs…

o-CITIZENSHIP-CANADA-facebook

Il semble bien que Stephen Harper ait remporté la première manche de la bataille pré-électorale. Dès les premières heures qui ont suivies le funeste attentat de St-Jean-sur-le-Richelieu, on se souviendra que Harper s’est assuré de se faire poser une question plantée à la Chambre des Communes (question dont il connait la teneur car elle vient de lui et qui lui est posée par un de ses propre députés) afin de déjà annoncer la teneur de sa réplique…

Est survenu Zehaf-Bibeau et Charlie-Hebdo (en plus de l’Australie, etc.) et la table était mise pour que « la lutte à la terreur » devienne un « wedge issue » (un sujet divisif) pour la prochaine campagne électorale. Trudeau s’est fait rouler dans la farine comme un jeune blanc-bec et Mulcair, qui essaie de se défaire de son image du « angry Tom » (brillamment imposée par les Conservateurs en passant), a dû ménager ses attaques devant l’appui manifeste des Canadiens et des Québécois à cette « lutte contre la terreur » qui se fait pourtant au prix fort de l’abandon de certaines de nos libertés civiles…

Pourtant, un paradoxe intéressant est tu. D’une part, cette « lutte à la terreur » présuppose que le danger est sans cesse croissant ici même au Canada. Harper a d’ailleurs commis une bourde embarrassante quand il a nommé dans un discours la « mosquée » comme un endroit de radicalisation, ce qui a dû faire rager le PM du Québec en passant… Pourtant, le gouvernement de Couillard s’évertue à hurler sur tous les toits que cette menace n’existe pas, le PM lui-même allant jusqu’à prêcher que « l’intégrisme est un choix personnel (implicitement légitime) tant qu’il ne brise pas les lois ». Les discours des PM du Canada et du Québec se trouvant en solide contradiction.

Aussi, cette dérive sécuritaire se fait à un moment où les données sur la criminalité au Canada (et au Québec) montrent que la criminalité baisse constamment depuis vingt ans. Les plus récentes enquêtes de 2014 montrent que : « Le taux de crimes rapportés à la police a reculé de 3 % au pays l’an dernier, une tendance observée depuis plus de 20 ans, note Statistique Canada. » (Radio-Canada Info).

Le portrait national de Statistiques Canada sur la criminalité est encore plus probant et montre une baisse constante de la criminalité en général, mais aussi des crimes violents et contre les biens. Force est d’admettre que la dérive sécuritaire que les Conservateurs veulent imposer aux Canadiens et aux Québécois s’appuie sur une stratégie efficacement mise en scène en fonctions d’évènements tragiques, oui, mais empiriquement et scientifiquement fausse du point de vue de la situation de la criminalité.

Capture d’écran 2015-02-09 à 08.35.43

 

Capture d’écran 2015-02-09 à 08.36.03

Capture d’écran 2015-02-09 à 08.38.04

Frank Graves, PDG de EKOS, analyse sévèrement la récupération faite par les Conservateurs des récents évènements tragiques :

« Frankly the government is benefiting from horrible events, but propitious politically for them, Mr. Graves said. They continue to sustain this concern with fear and security, which is definitely evident in the public. »

Ceux qui s’opposent à cette nouvelle ronde précipitée de mesures législatives au nom de la « lutte contre la terreur » ont tôt fait de pointer vers les lois déjà existantes qui permettent de s’attaquer à ce phénomène de radicalisation de certains individus ou groupes au nom de doctrines (religieuses ou autres). Mais l’occasion était trop belle pour s’embêter de ce qui existait déjà. Ce transfert de la lorgnette de l’attention publique de la mauvaise situation économique induite par une stratégie uniquement axée sur le pétrole vers le dossier de la « sécurité » est une véritable bouée de sauvetage pour Harper et gageons qu’il mettra le paquet afin que toute l’attention demeure sur cet enjeu.

Déjà que les Conservateurs semblent avoir réussi à s’assurer que le Vérificateur général ne dépose pas son très attendu rapport (que l’on sait embarrassant pour les Conservateurs) sur les dépenses injustifiées au Sénat avant la campagne électorale…

~ par delorimier sur 9 février 2015.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :