Conflit linguistique potentiellement explosif dans la MRC du Pontiac…

Capture d’écran 2015-05-27 à 09.48.33

Voilà un cas qui promet d’être intéressant… J’écoutais hier le reportage du journaliste de la CBC Giacomo Panico sur les ondes de la SRC Ottawa-Gatineau concernant un litige opposant un journal bilingue de la région du Pontiac (ce territoire oublié à l’ouest de Gatineau, lieu d’une vaste communauté anglophone) et l’Office Québécois de la langue française. C’était stupéfiant.

Nature du litige : « L’Office québécois de la langue française demande à la publication bilingue de séparer le contenu en français de celui en anglais, pour se conformer à la loi. De plus, le 16 avril dernier, l’OQLF a déposé une injonction exigeant que les publicités en anglais soient publiées dans la section anglophone seulement. »

Giacomo Panico l’expliquait, pour cette communauté, la chose est entendue, la grande majorité est bilingue, les dispositions de la loi sur la langue ne devraient pas s’appliquer. Trop compliqué, trop coûteux. Des annonceurs unilingues anglophones veulent s’adresser en anglais à leurs clients potentiels et, quiconque s’adonne à visiter le Pontiac sait très bien que l’on y parle, très souvent, que l’anglais. Mais voilà qu’un impertinent s’est plaint à l’OQLF de la façon dont un petit journal du coin présentait sa publication.

Capture d’écran 2015-05-27 à 10.03.47

Lily Ryan, éditrice du Pontiac Journal, s’est expliquée ainsi : « Lily Ryan soutient que son journal, qui paraît deux fois par mois dans la MRC de Pontiac, est bilingue depuis des années. Il propose du contenu en anglais et en français, afin de satisfaire une clientèle qui souhaite avoir de l’information dans les deux langues officielles. »

Les deux langues officielles? Aux dernières nouvelles, la seule langue officielle au Québec, c’est le français.

Il s’agit d’un sujet explosif dans cette collectivité et ce qui me sidérait hier c’était comment et le journaliste, et l’éditrice revendiquait dorénavant, sans complexe, que leur région soit absoute des dispositions relevant de l’OQLF. Le Pontiac libre! Le Pontiac c’est au Canada, pas au Québec. Et le Canada est bilingue; fichez-nous la paix avec vos lois linguistiques.

Il sera intéressant de voir comment réagira le gouvernement de Couillard si ce litige linguistique prend de l’ampleur. On parle ici d’un segment de l’électorat essentiel pour le parti Libéral. Il n’y a pas plus rouge au Québec que le Pontiac. Mais la collectivité anglophone du Québec sait se faire entendre et au besoin se mobiliser contre le PLQ si elle se sent trahie par son parti. On se souvient du Equality party ou des menaces de la communauté anglophone de Montréal (exprimées par l’ancienne député fédérale Marlene Jennings) de voter massivement pour la CAQ lors de la campagne électorale de 2012 quand Charest s’était montré ouvert à étendre les dispositions de la loi 101 aux entreprises de compétences fédérales…

La communauté anglophone du Québec sait très bien que rarement un gouvernement à Québec ne sera plus ouvert à ses revendications que celui de Couillard. Les commissions scolaires anglophones ont en grande partie éviter les foudres de l’austérité et des coupures, au nom de leurs droits constitutionnels, d’une constitution que nous n’avons pas signée… Pour le moment, il ne s’agit que d’une affaire très locale, mais il y a tous les ingrédients ici d’un potentiel conflit linguistique à plus grande échelle. La population est attachée, et c’est bien normal, à son journal local et elle veut que ce journal reflète la communauté dont il traite. Dans la région du Pontiac, il est commun de ne vivre qu’en anglais, les commerces s’affichent souvent qu’en anglais, on vit à Shawville de la même façon que n’importe où ailleurs en Ontario de l’autre côté de la rivière des Outaouais. Le site web de la municipalité est en anglais. Idem à Quyon ou à Campbell’s Bay où l’on habite et vit le plus souvent en anglais.

Le gouvernement Couillard pourrait-il être tenté d’absoudre de telles communautés des dispositions des lois linguistiques du Québec? Un dossier à suivre…

~ par delorimier sur 27 mai 2015.

2 Réponses to “Conflit linguistique potentiellement explosif dans la MRC du Pontiac…”

  1. Défendre, linguistiquement & dans la sphère publique seulement, le territoire québécois de l’envahissement anglophone et trop souvent francophobe, c’est protéger la seule région majoritairement francophone en Amérique du nord, c’est le devoir de tous les habitants de ce territoire, pas seulement par des lois, mais dans les actions concrètes au quotidien… allant jusqu’au boycot des récalcitrants si nécessaire.

  2. Le role de l’Église catholique pour les Orangistes!!!

    Je vous rappelle le rôles des évêques catholiques , surtout irlandais, dans toutes les régions du Canada. Ex. les Acadiens sous le contrôle d’Halifax, la Trahison des Métis à Bâtoche, le rôle du clergé lors des excommunions des patriotes, sans parler de l’évêque FALLON de London, ON qui a appuyé les Orangistes pour implanter le règlement 17, qui interdisait l’enseignement en français en Ontario.

    Je vous suggère « Les Sacrifiés de la bonne entente » qui raconte l’histoire des francophones du Pontiac Québécois, où l’anglicisation a fait des ravages, grâce aux services de leurs évêques anglais de Pembroke en Ontario.

    http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2002/les-sacrifies-de-la-bonne-entente.html

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :